Sang et Fumée Index du Forum
 
 
 
Sang et Fumée Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Le bleu du silence
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sang et Fumée Index du Forum -> RP -> Doltor
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Lun 2 Aoû - 02:30 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Altros avait guidé Nali et Drach jusqu'à l'immense battisse qui abritait l'académie. Laissant les compères à la porte il interpella cependant l'illusionniste.

"Drach, je passerais te rendre visite à un moment ou un autre, je crois qu'on a deux ou trois choses à se dire."

Le jeune mage fit comme si il n'avait rien entendu et déplaça les portes sobres de sa demeure. A l'intérieur tout n'était que marbre, gravures dorées, scintillements, bois de chêne finement sculpté, tableaux colorés représentant des personnages à l'expression monotone et babioles brillantes et scintillantes. Le luxe du rez-de-chaussé ne semblait qu'être un musé au centre duquel se trouvait un escalier en colimaçon.
Drach ne prêta aucune attention aux visages qui s'étaient tournés vers lui et se contenta d'emmener Nali avec lui vers l'étage suivant. Plusieurs portes aux motifs variés se présentaient au bout de l'escalier et semblaient former une haie d'honneur vers une vaste salle tapissée et chaleureuse dans laquelle une lueur de flammes se laissait apercevoir.

"Voici la salle commune Nali, c'est ici que nous allons manger."


Une cheminée prodiguait flammes et chaleur à l'un des bouts de la pièce. Plusieurs miroirs étaient judicieusement posés de façon à en réfléchir la lumière vacillante. Au plafond les moulures semblaient prendre vie à chaque mouvement de flammes, faisant renaitre une épopée mythique. La grande table formée d'un ovale rompu se dressait en son centre et encadrait une sorte de piédestal.

"Parfois des spectacles sont donnés ici, c'est assez rare mais tu auras surement l'occasion d'en voir."

Le sol était couvert d'une moquette moelleuse et épaisse d'une couleur rouge sombre. Les murs était tapissés d'œuvres étranges qui, elles aussi, semblaient prendre vie par la lumière des flammes ainsi que le mouvement des voiles qui les couvraient légèrement.
Drach s'empara d'un des plateaux disposés le long du mur opposé à la porte et y glissa divers aliments qui attendaient patiemment d'être servi non loin.
Après avoir servit Nali il s'empara de sa part et s'installa aux côtés de la jeune fille qui, les yeux brillants, semblait lui reprocher ou demander quelque chose. Drach avait effectivement oublié de prendre des boissons et corrigea rapidement cette erreur en déposant toutes sortes de breuvages à portée de la petite fille.
Il était tard et ce dernier avait envie de dormir, aussi il ne mangea que peu et se contenta de boire afin de se réhydrater. La petite fille avait cependant englouti sa portion et une partie de celle du mage avec un air faussement coupable ou innocent selon les points de vue. Lorsque les différents plats de viandes, légumes, fruits et entremets furent dévorés Drach se résigna: Il était temps d'aller voir son père.

"Nali nous devons aller voir quelqu'un avant de te trouver un lit où dormir, tu veux bien me suivre encore un peu?"


Sans vraiment laisser le choix à la petite fille il se dirigea vers l'escalier en colimaçon qui continuait plus encore. En fait l'escalier s'étendait sur quatre étages et sa rampe s'ouvrait à chaque étages. Une fois le quatrième étage atteint Drach respira longuement, comme pour se préparer à une difficile épreuve. Le jeune mage s'avança le long d'un bref couloir richement décoré de gravures comblées par des petites pierres. Le couloir, comme tout le quatrième étage, ressemblait à une mosaïque géante illuminée par des vers luisants dont la lueur était visible au travers des petits blocs translucides.
La décoration du lieu, "vivante et magique, puissante et paisible" selon le père de Drach, était considérée comme une merveille humaine. Pour le jeune mage cet étalage incessant de choses inhabituelles n'était qu'une faute de gout refoulée et il préférait mille fois l'extérieur qui n'avait d'opulent que son immense taille.
Un homme barra subitement le passage aux deux compagnons. Il était grand, massivement bâti et arborait un visage balafré. Ses cheveux courts révélaient une nuque musclée qui donnait suite à des muscles trapèzes si proéminents qu'aucun vêtement ne semblaient taillés pour les contenir. Outre l'impressionnante musculature de l'homme, ou même sa taille se fut sa voix puissante, grave et résonnante qui fit frémir Drach.

"-Alors déchet ainsi tu reviens enfin. As-tu seulement conscience des risques que tu as pris? As-tu seulement idée de la folie qui se déroule hors de nos murs? Penses-tu... Non tu ne penses pas bien évidemment... Crois-tu donc que ta mort serait un honneur? Que tu serais capable de te couvrir de gloire au moins une fois dans ton existence? Sais-tu ce qui est dit de toi? As-tu conscience des rumeurs et de ton déshonneur? Maintenant, si tu as conscience de ta médiocrité, dis-moi, que devrais-je faire de toi?
-Je propose de m'aider à loger cette enfant et me laisser me reposer de mon voyage puis me laisser salir mon nom à l'aune de mon incompétence."

Un bruit sec et violent déchira l'air et résonna durant un moment. La main gantée de l'élégant et puissant homme venait de frapper Drach dont la lèvre venait de s'ouvrir, déversa en concert avec son nez une fine rivière de liquide pourpre.

"OSERAIS-TU TE GAUSSER DE TON PÈRE ESPÈCE DE RÉSIDUS INCONSTANT D'IMMONDICE DE LARVE?"

Drach savait ce que signifiait ce surnom. Comme tout les noms donnés par son père dont le nombre de mots dépassait trois cela signifiait que l'homme était furieux. La présence d'une jeune enfant rendait intolérable aux yeux de cet homme si fier la moindre moquerie à son égard, plus encore venant de ce qu'il considérait comme son unique échec.

"-Je ne fais que demander le repos pour moi et cette enfant que j'ai recueillie.

-Soit, mais demain tu devras à nouveau te livrer à tes "corvées". N'oublie pas ma bonté et ne laisse surtout pas cette... Chose trainer près de moi. Tu sais ce que je lui ferais si tu n'es pas capable d'en assumer la charge et je te décommande la moindre provocation."

Drach allait remercier, aussi sincèrement que possible, son père mais un autre coup le stoppa dans cette entreprise, rouvrant ses blessures qui étaient pratiquement refermées. Il lui avait bien souvent d'oublier "l'innocence", ce don maudit qui lui valait d'être frappé par deux fois. Son père ne supportant pas que le jeune homme soit vu avec une blessure légère ou presque guérie n'hésite jamais à rouvrir les plaies pour leurs donner une apparence plus marquées.
Le jeune mage emmena prestement la petite fille dans le sous-sol, sa demeure attitrée. Contrairement à ce que cela pourrait sembler vivre dans le sous-sol n'était pas si terrible. En réalité il avait eu le droit de décorer lui-même sa partie, bien qu'étant dans l'obligation de traverser le gigantesque laboratoire pour atteindre sa chambre.
Drach guide Nali jusqu'une petite pièce  faite entièrement de cristal, blanche et pure mais lumineuse.

"Bienvenue dans mon petit sanctuaire. C'est ici que je fais mes expériences et entrainements en général mais ce sera ta chambre pour l'occasion."


En un instant une gerbe de lumière sortit des mains du main avant de se diviser en arc-en ciel. Lorsque les lumières colorées touchèrent le cristal celui-ci sembla s'en repaitre et arbora une lueur irisée qui donna à la pièce un éclairage aussi mystique que joyeux.Les couleurs semblaient glisser sur les parois lisses en dessinant des formes variées. Drach s'en alla promptement dans la chambre qui jouxtait le sanctuaire puis revint beaucoup plus lentement avec un lit dans les bras qu'il déposa avec précautions sur le sol.

"Et voici le lit de mademoiselle."

Il s'était exclamer sans saccades malgré l'apparent essoufflement qui lui brulait les poumons. Avant de partir et refermer la porte du sanctuaire il glissa dans les petites mains de l'enfant un globe qui semblait avoir été taillé dans le diamant.

"Ce globe est assez particulier. Il permet à de la magie lumineuse de fluctuer selon les pensées de quelqu'un. En gros il permet d'utiliser de la magie de lumière comme un mage. Il te suffit de le tenir contre toi et penser le plus fort possible à ce que tu désire pour que la lumière dans le cristal en prenne la forme. Je ne sais pas vraiment jusqu'où tu seras capable de faire varier la lumière mais tu devrais pouvoir la teindre en noir pour dormir ou faire des jolies formes."

Après avoir esquissé un bref sourire Drach posa sa main sur le globe et les couleurs se mirent à tournoyer. Après un petit moment le mouvement des lumières reprit sa danse lente mais avec une différence notable: Des loutres qui semblaient faites de peintures jouaient avec les couleurs, glissaient dessus, les poussaient, les tiraient, dansaient avec et jouaient ensemble. Drach espérait que ce cadeau plairait à la jeune enfant mais surtout qu'il lui éviterait de vouloir partir.

"Si tu as besoin de toilettes tu peux aller par la porte de droite juste après être sortit de la pièce. Moi je serais dans la salle juste à gauche. Si jamais tu ne m'y trouve pas attends-moi ici."

Après avoir donné toutes les explications nécessaires Drach ouvrit la porte du sanctuaire, tourna la tête pour sourire à Nali puis la laissa à ce qu'il lui restait de nuit. Quelques pas seulement le conduisirent à sa chambre: Une pièce de taille raisonnable, entièrement vide toute de blanc parée. Drach n'avait jamais souhaité décorer sa chambre et s'était fait à la vision de l'espace vide. Son lit étant utilisé il s'affaissa contre l'un des murs nus et laissa ses yeux se fermer. Dans quelques heures il devrait faire ses corvées... Son père était rusé, sans scrupules bien évidemment, mais toutefois il était rusé. Une évidence que tout le monde savait mais que Drach, lui, avait pu gouter un trop grand nombre de fois.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Aoû - 02:30 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Lun 2 Aoû - 15:04 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Nali était partagée en deux. Partagée entre deux émotions. Comme si elle voyait ces choses par deux regards. Mais elle restait muette, n'ayant qu'une bouche, qui ne pouvait s'exprimer doublement. Et puis ils parlaient tous si bien, elle aurait parue ridicule...

Que c'était beau! Cela brillait comme mille étoiles, scintillait, reflétait, de manière cent fois plus éclatante que l'eau de la rivière, cent fois plus resplendissante que les cailloux transparents au fond de l'eau. Richesse. Son estomac disait ce mot d'un ton neutre. Et que c'était grand aussi!!!! Dix fois plus grand que les grands chênes du bois, pourtant énormes! Il lui semblait que ses yeux ne seraient jamais assez grands pour tout voir. Alors elle ouvrait le plus possible, pour ne rien rater. L'admiration lui nouait le ventre, de concert avec la faim.
Toutes ces choses qui brillaient lui donnaient envie de rire et sauter dans tous les sens, ce qu'elle aurait fait si elle n'avait pas été fermement tenue par la main. Et il y avait plein de humains, plus qu'elle n'en avait jamais vu jusque là. Et cela voulait dire qu'il y avait aussi plein de nourriture pour tous les nourrir!!! Et comme il y en avait des un peu gros, cela ne gênerait pas si elle prenait un peu de leurs parts... Oh oui, cet endroit paraissait cent fois mieux que sa grotte dans la montagne.

Cet endroit était horrible. Il était froid, comme une pierre traîtresse dans une pente dangereuse, il était sec, comme le cœur d'un arbre mort. Elle avait peur. Danger. Pernicieux. Folie. Aveuglement. Tous ces murs trop hauts, tous ces cailloux brillants qui détournaient l'attention... Le regard froid des humains, qui ressemblait à celui des statues contre les murs... Les dessins dans de grands rectangles sur les murs, oui leurs couleurs étaient belles, mais ils ne parlaient que de choses effrayantes. Cet endroit sentait le mal, il sentait la cruauté, il sentait la... Guerre. La mort. L'oubli. La peur lui serrait le ventre, de concert avec la faim.

Elle se sentait minuscule, prise au piège. Elle se cramponnait à la main chaude de Drass. Elle voulait retourner vers ce qu'elle connaissait.

Le repas mit fin [faim?] au dilemme, ramenant toute l'attention de la petite loutre sur une impression connue, et reconnue bénéfique : la faim. Et même la fin de la faim. Et de la soif par la même occasion. L'enfant engloutit tout ce qui passait à portée de ses petites mains, jusqu'à ce que son ventre s'arrondisse sous la charge de nourriture qu'on lui confiait. La fatigue la rattrapa, ses paupières s'alourdirent. Ce fut les yeux mis clos, rassasiée, qu'elle se laissa emmener hors de la "salle commune". Son épuisement lui évita de trop sentir la peur et le rejet que lui inspirait cette demeure.

- Alors déchet ainsi tu reviens enfin. As-tu seulement conscience des risques que tu as pris? As-tu seulement idée de la folie qui se déroule hors de nos murs? Penses-tu... Non tu ne penses pas bien évidemment... Crois-tu donc que ta mort serait un honneur? Que tu serais capable de te couvrir de gloire au moins une fois dans ton existence? Sais-tu ce qui est dit de toi? As-tu conscience des rumeurs et de ton déshonneur? Maintenant, si tu as conscience de ta médiocrité, dis-moi, que devrais-je faire de toi?
Enali se figea. Ses yeux différents s'agrandirent sous l'effet d'une terreur commune. Cette voix grave qui résonnait comme... comme... les échos sinistres de tambours de guerre... la pénétrait comme une lame impalpable, et imparable. Ses membres se mirent à trembler.

- OSERAIS-TU TE GAUSSER DE TON PÈRE ESPÈCE DE RÉSIDUS INCONSTANT D'IMMONDICE DE LARVE?


La petite laissa échapper un cri, qui passa inaperçu, couvert par le fracas de tonnerre de la colère du gros monstre. Oui, c'était un énorme monstre, qui pouvait la manger si elle se faisait trop remarquer. Nali sentit sa gorge se nouer. Non, il ne fallait pas pleurer, il allait la voir, il allait la... la... Te tuer. T'enfermer. T'effacer. Elle avait envie de se faire toute petite, sur le sol, de se recroqueviller, pour ne plus voir, elle voulait ne plus entendre. Ce monstre énorme lui faisait peur, très peur, trop peur. Tétanisée, elle n'osait pourtant même pas le quitter des yeux. Et de toute ses forces, elle essayait de ne pas pleurer. Elle était une loutre, il ne fallait pas céder. Il fallait se rendre invisible. Par réflexe, elle porta ses mains à son pendentif et serra très fort la pierre translucide entre ses petits doigts crispés.

- Soit, mais demain tu devras à nouveau te livrer à tes "corvées". N'oublie pas ma bonté et ne laisse surtout pas cette... Chose traîner près de moi. Tu sais ce que je lui ferais si tu n'es pas capable d'en assumer la charge et je te décommande la moindre provocation.
Drass saignait. Mais Nali ne pouvait rien faire, l'autre était encore là, si elle bougeait, si elle, si elle... C'est trop tard, il faut fuir. Fuir. FUIR. Mais non, elle ne pouvait pas fuir. D'abord, elle ne savait pas comment sortir. Et... elle ne pouvait pas laisser le humain avec le monstre. Elle ne pouvait pas l'aider, elle ne l'avait pas aider, elle n'avait même pas essayer mais... elle ne pouvait pas non plus partir. C'était un humain, mais il avait été gentil. Il avait accepté de lui donner à manger, il lui avait montrer la lumière qui brillait et jouait comme les loutres dans l'eau. Elle serra très fort la grande main chaude dans la sienne.

Puis... ils partirent enfin, s'éloignèrent du monstre effrayant. La pression sur Nali s'évapora petit à petit. Il la mena à travers des endroits bizarres qui l'inquiétèrent un peu, mais après la frayeur qu'elle venait d'avoir, ce n'était rien du tout.

- Bienvenue dans mon petit sanctuaire. C'est ici que je fais mes expériences et entrainements en général mais ce sera ta chambre pour l'occasion.  


Chambre? Ton endroit. Ta grotte. Son estomac était décidemment de plus en bavard. Elle lui donna une petite tape. Elle devait lui avoir trop donné à manger... la prochaine fois elle en garderait plus pour elle.

- Et voici le lit de mademoiselle.


Un lit? ça servait à quoi ça encore? o_O Le humain avait apporté un gros objet bizarre. Mais elle n'eut pas le temps de lui demander qui était cette Mademoizelle à qui il semblait appartenir.

- Ce globe est assez particulier. Il permet à de la magie lumineuse de fluctuer selon les pensées de quelqu'un. En gros il permet d'utiliser de la magie de lumière comme un mage. Il te suffit de le tenir contre toi et penser le plus fort possible à ce que tu désire pour que la lumière dans le cristal en prenne la forme. Je ne sais pas vraiment jusqu'où tu seras capable de faire varier la lumière mais tu devrais pouvoir la teindre en noir pour dormir ou faire des jolies formes.


Nali serra très fort contre elle le beau cadeau de son humain.

- Si tu as besoin de toilettes tu peux aller par la porte de droite juste après être sortit de la pièce. Moi je serais dans la salle juste à gauche. Si jamais tu ne m'y trouve pas attends-moi ici.


Des... toilettes... oh bah elle irait voir ce que c'était... La porte se referma, et elle se retrouva seule. Elle resta un moment interdite, gardant toujours contre sa frêle poitrine le globe où s'ébattaient des images de bonheur. Au bout d'un moment, elle décida de regarder de plus près ce "lit". Elle posa tout doucement la sphère lumineuse, mis un doigt sur sa bouche à l'intention des loutres miniatures et s'approcha à pas feutrés du meuble immobile, qui semblait l'ignorer royalement. La truffe froncée, les yeux fermés, la tête rentrée dans les épaules, elle donna un coup de patte timide dans le matelas avant de se jeter à plat ventre, les mains sur la tête. Ouvrant un oeil prudent, elle scruta le lit qui n'avait pas bouger d'un poil. Bon, il ne paraissait pas dangereux.

- Tu sseras un zentil lit, d'accord? Tu bouzes pas, ze reviens plus tard! Et ensuite on sersera à quoi tu sers... Tiens, ze te confis Glaub, prends-z-en ssoin! Sinon ze te mords...


Après avoir poser sa nouvelle possession sous l'oreiller, elle se faufila sans bruit par la porte, ses petits pieds nus restant silencieux sur le dallage froid et lisse.

Il avait dit... la porte de Droate. C'était où ça, Droate? Et la salle juste à Goche... c'était qui Goche? Roh, elle le saurait bien un jour... ou pas... ce n'était pas très important. La petite loutre erra un moment dans l'édifice, prenant garde de marquer son chemin en semant derrière elle des morceaux d'un pain qu'elle avait mis en réserve dans une poche pendant le repas. Même si elle en mangeait un sur deux, il en restait toujours assez pour qu'elle puisse revenir sur ses pas. Elle se retrouva dans une pièce richement décorée avec un lit au milieu, tout couvert de tissus. Mais c'était un gros lit, beaucoup plus gros que celui de Mademoizelle. S'approchant, elle découvrit qu'il y avait un humain. La bouche grande ouverte, il respirait bruyamment. Au moment où elle approchait sa tête de cet orifice, il émit un ronflement sonore qui la fit sursauter violemment. Elle retomba les fesses dans le tapis moelleux qui ornait le sol de la pièce. Décidément, la race Humain était bizarre.

Après encore quelques minutes d'errance, elle se décida à rentrer pour dormir, car elle était très fatiguée. Suivant les miettes de pain (qu'elle mangea au fur et à mesure pour ne pas gaspiller...), elle parvint à retrouver la chambre, son endroit, sa nouvelle grotte. Suivant le modèle du humain qu'elle avait vu, elle se glissa sous les draps, serrant contre sa poitrine "Glaub". Mais c'était trop mou, elle avait l'impression d'être couchée dans de la boue. Elle descendit du lit et s'allongea dessous, se disant qu'au moins elle serait à l'abri s'il pleuvait, oubliant qu'il y avait au-dessus d'elle plusieurs tonnes de construction. Roulée en boule autour de l'image lumineuse des loutres bondissant dans les taches de couleurs, elle finit par s'endormir.
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Lun 2 Aoû - 16:29 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

La nuit promettait de ne pas être longue mais cela ne pouvait empêcher Drach de dormir. La fatigue, qu'il n'avait pas encore réellement éprouvé, lui était tombé dessus à une vitesse folle. Son sommeil avait été noir, sinistre et n'avait laissé qu'une sensation de semi-éveil derrière lui.
La matinée était déjà passée depuis un moment lorsque finalement Drach fut en état de se lever, traversant le laboratoire qui était plein d'une activité bouillonnante.
Un certain nombre de portes simples ceinturait la grande salle pleine d'une épaisse fumée colorée qui faisait office de lumière. Les mages, eux, s'affairaient à noter le résultat de divers tests qui avaient réduit certains meubles et matériaux de façon significative.
La pièce semblait être en proie à une guerre miniature entre des mages microscopiques qui déchainaient toutes sortes de magies autour d'eux. Certains des chercheurs semblaient fascinés, d'autres concentrés alors que la plupart prenaient plaisir à produire leurs petites œuvres.
Le sol était tapissé mais la poussière et la suie qui le recouvrait dissimulaient les motifs. Les meubles était simple et de toutes évidences conçus pour durer, bien que la magie alentours les ait fortement abimé.

Drach remonta l'escalier en colimaçon dont l'éclat allait crescendo au fur et à mesure que celui-ci approchait du rez-de-chaussé. Plusieurs babioles magiques ornaient le passage ouvert de l'escalier vers le "musé des mages" qui servait d'accueil. Le mage n'y prêta qu'une infime attention avant de continuer sa marche traversant ensuite la haie de porte d'un pas rapide sous le regard de plusieurs mages. La salle commune était bondée et tous y discutaient avec vigueur. Certains mangeaient, d'autres se contentaient de rester assis pendant que quelques uns se servaient. L'illusionniste avait ses corvées à faire avant toutes choses et ses collègues n'attendaient que ça.
Altros attendait sur la scène au centre de l'ovale et son regard démontrait une certaine impatience. Drach s'engouffra au centre de la table avant de se tenir à l'opposé du mage de feu.

"Le directeur a dit que nous étions libre de te défier. Je suppose que ta tenue est préparée pour l'occasion."

tous se mirent à rire. Le jeune homme n'avait pas prit la peine de s'habiller, il portait un pantalon ample pour seul apparat. Plusieurs mages prirent place, prêt à en découdre à leurs tours. Le silence tomba lourdement sur la salle, brisant les conversations et attirant le regard de tous sur les deux adversaires.
Drach regardait sans grande attention son rival qui fit un mouvement en direction de la cheminée. Les flammes de celle-ci se mirent à rougeoyer avec violence avant de se concentrer. Quelques instants suffirent à faire apparaitre une lame de feu dans la main du mage qui tournait lentement autour de sa proie. L'illusionniste restait immobile, sans bouger d'un cil alors que son adversaire décrivait des cercles autour de lui. Une boule de feu se précipita sur le jeune mage qui l'immobilisa sans un geste. Un second projectile fit son apparition mais la première boule se déplaça, heurtant sa consœur avant d'exploser en un millier de flammèches inoffensives.

"-Altros, tu sais bien que tes flammes ne me feront jamais rien.
-Oui, parce-que tu les manipules grâce à leurs luminosité."

Un sourire s'étira sur le visage du mage flamboyant avant que celui-ci ne projette une onde noire et brulante face à lui. Le publique se mit à réagir vivement, sous l'effet de la peur autant que de la fascination mais Drach lui se contenta de mettre son bras devant son regard.
En un instant le noir, sinistre et profond, des flammes se changea en une lueur blanche aveuglante. Une fois celle-ci dissipée les ténèbres s'abattirent sur la salle, l'illusionniste se trouvait derrière son adversaire et aucune flamme n'était à portée de vue.

"Tu pourras toujours changer la luminosité, les spectres lumineux ou je ne sais quoi de tes flammes tant que celles-ci produiront de la lumière, quelque soit sa couleur, je pourrais les manipuler. Tu n'as plus de feu à utiliser, je suppose que tu reconnais ta défaite."


Altros resta muet, sous le choc de sa défaite. Il venait d'être désarmé alors qu'il avait travaillé longuement sur cette arme spéciale et avait reçu une leçon devant ses collègues. Un mage vêtu de bleu bouscula le perdant afin de prendre position pendant que quelqu'un rallumait le brasier de la cheminée.
Drach contempla un instant les verres d'eau se vider alors qu'un serpent se formait au dessus de sa tête. Le mage d'eau ne semblait pas d'humeur à plaisanter et savait pertinemment que l'eau réfléchissait en partie la lumière tout en ayant la capacité d'en diviser les spectres, rendant les tactiques de Drach complètement inutiles. Le jeune mage ne semblait pas impressionné et fixait son adversaire du regard alors que le dragon s'évertuait à frapper le sol en évitant avec un soin d'apparence précipité son ennemi. Quelques minutes seulement avaient réussi à vaincre l'impressionnante créature d'eau qui s'était acharné en vain. Drach était immobile et son adversaire se mit à hurler.

"Comment tu peux éviter mes attaques comme ça? D'où as-tu obtenu cette vitesse?"

Lorsque son regard glissa sur l'assistance le mage d'eau comprit sa faute: Il avait concentré tous ses efforts pour éviter Drach en pensant que celui-ci se déplaçait. L'illusion avait été légère mais largement suffisante pour qu'un mage utilise toutes ses forces dans le vide. Cette fois le perdant prit de lui-même congé, laissant ainsi place à un collègue tout de vert vêtu.
L'illusionniste n'avait aucun mal à reconnaitre son type d'adversaire le plus dangereux: Un mage de terre. La lumière sembla brusquement éclater en petits fragments ne laissant qu'ombres et mouvements trompeurs apparaitre. Les innombrables similis de lucioles parcouraient la salle à toute vitesse rendant impossible au mage l'utilisation correcte de ses pouvoirs. Le combat n'avait pas eu lieu que les rivaux n'étaient plus égaux, ne laissant au mage de terre que l'abandon pour option.
Lorsque la lumière reprit sa forme habituelle une lame de glace traversa la clavicule de l'illusionniste.

"Et face à quelqu'un qui utilise la magie de cette façon en te prenant par surprise tu fais quoi?"

Le mage de terre s'en alla avec mille précautions tandis que le mage d'eau qui s'en était prit à Drach retirait sa lame du corps ennemi.
Un second coup fut porté le temps que le jeune mage se retourne puis la scène se stoppa. Le mage d'eau s'était immobilisé, la main de son ennemi retenait son poignet alors que le sang s'écoulait prestement de la plaie béante près de son épaule. Tout le monde savait que l'illusionniste ne possédait pas la force physique d'arrêter le coup, surtout pas avec cette blessure et pourtant le mage venait d'épargner son adversaire au lieu de l'achever. Quelques secondes après cette interruption le visage du mage d'eau se tordit sous l'effet d'une peur panique croissante. Son esprit était désormais en possession de l'illusionniste qui lui infligeait un cauchemars d'une intensité sans égale. Peu à peu l'arme se mit à fondre, les cheveux du mages se mirent à blanchir, ses muscles se crispèrent jusqu'à s'en déchirer et ses ongles s'enfoncèrent dans les chairs de sa main moite.
L'illusion s'arrêta rapidement, laissant le mage à terre, terrorisé, le regard révulsé et l'estomac si noué qu'aucun mot ne pouvait sortir de sa bouche dégoulinante de salive.
Drach avait gagné son duel et il glissa la main sur sa blessure qui se refermait lentement. En quelques secondes seulement la plaie béante n'existait plus grâce à la magie de soin mêlé aux facultés de Drach, "l'innocence".
La voix de son père se fit entendre derrière le brouhaha de la foule en délire mais le jeune mage s'en fichait, il prit deux plateaux qu'il remplit avec soin avant de tailler son chemin vers l'escalier. Au moment de passer à proximité de l'imposante silhouette entièrement vêtue de soie recouverte d'une large cape de velours le mage s'exclama.

"Ma fin n'est pas pour tout de suite mais au moins j'aurais su sauver votre honneur par mes victoires."

Le coup qui s'ensuivit ne pu que fendre l'air mais Drach, lui, souriait. Il imaginait l'expression furieuse de son père et le traitement réservé aux perdants. Ce répit il l'avait mérité et comptait le mettre à bonne contribution, après un bon repas.


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Lun 2 Aoû - 21:18 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

http://www.youtube.com/watch?v=bVjP-xlw6U4
Nali s'était déjà réveillée depuis un petit moment. Elle s'était cogné la tête contre le lit en se redressant et par conséquent s'en tenait depuis le plus éloignée possible.

- Messant lit... Ne cessait-elle de ronchonner.



Elle réfléchissait à ce qu'elle allait faire. Elle avait faim, mais en même temps elle avait bien envie d'aller explorer son nouveau territoire.

- Et si ze me promenais zusqu'à trouver à manzer? Plouuuu!!!



Et ainsi fut fait. Après lui avoir dit "A tout à l'heure", elle cacha son Glaub au fond du lit, dont elle avait déjà oublié l'affront, et entrouvrit la porte, tout émoustillée à l'idée de découvrir un nouveau terrain de jeu... et de nouvelles saveurs. Elle passa prudemment la tête par l'ouverture, les yeux plissés, prête à bondir dans la cachette suivante. Personne ne semblait la remarquer. Alors, avec précaution, elle sortit sur la pointe des pieds, se faufilant du mieux qu'elle pouvait, se mettant parfois à quatre pattes pour plus de discrétion. Elle traversa le laboratoire sans que personne ne lui prêta la moindre attention.

Après avoir gravit le grand... escalier... elle se retrouva dans le grand endroit plein de jolies choses qu'elle avait admiré en arrivant. Ici, il y avait plein de humains qui circulaient dans tous les sens, s'affairant avec des airs plus ou moins sérieux. Certains riaient entre eux, d'autres conversaient gravement, et d'autres encore marchaient en solitaire, l'air songeur ou plongés dans de gros... livres. Nali observa quelques instants ce flot fluide qui s'écoulait dans diverses directions, puis se décida pour une destination. Elle irait droit devant, dans le grand couloir clair!!!! La loutre aventurière se mit en position d'exploration, plaquée à terre, le museau au ras du sol et le derrière en l'air. Puis, tout en chantonnant pour elle-même de terribles "Plouuu plouplou plou plouplou plou plouuuu..." plein d'audace pour se donner du courage, elle se glissa entre les bottes cirées, les chaussures de cuir usées, les chaussons de toile et autres qui se croisaient sans interruption. Zigzagant avec aisance entre les jambes, passant entre les pieds et sous les robes, Nali traversa le grand hall, avec une facilité en partie due à la chance. Ce faisant, elle accomplit cependant un record de traversée. Quelques mages lui accordèrent un regard intrigué.

Elle se retrouva alors dans une elle avec moins de choses brillantes, mais pleine d'une activité plus fourmillante et plus nerveuse que dans les autres endroits qu'elles avaient déjà visités de la tanières des humains. Les gens étaient tous habillés dans les mêmes teintes discrètes et s'affairaient en bavardant, portant des plateaux, des seaux d'eau, des piles de tissus. Mais ce furent surtout les plateaux qui attirèrent l'attention de la loutre (et de son estomac). D'énormes plateaux brillants, couverts de victuailles. La salive lui inonda la bouche. Plein de nourriture colorée et nouvelle!!! Tout d'abord, elle se mit à suivre un des humains lourdement chargé qui parvenait avec talent à ne rien renverser de son pourtant massif plateau où s'empilaient des petits pains tout chauds. Elle lui tira sur son vêtement qui lui couvrait les jambes. Il s'arrêta, surpris, regarda autour de lui. Puis son regard finit par se baisser vers le petit visage aux grands yeux mal assortis. Durant quelques secondes il eut la même tête que les poissons que Nali pêchait, puis son visage pris une expression agacée et il la repoussa du pied sans ménagement en déclarant durement :

- Du ballet! Ce n'est pas un endroit pour les enfants!



Nali en resta clouée sur place, la bouche grande ouverte, tombée sur les fesses au milieu du couloir. Ce humain venait de la pousser et ne lui avait même rien donner à manger! Il se trompait en plus! Elle n'était pas un zenfant! Elle était une loutre! Une loutre avec un estomac! Un estomac pas content (et qui parlait en plus)! Fronçant les sourcils, elle le poursuivit sans bruit, rampant à toute vitesse derrière lui. Il ne voulait pas lui donner, et bien elle allait quand même manger! Lui passant subrepticement devant les jambes, elle le fit trébucher. L'homme se retrouva en position de déséquilibre, battant l'air de son bras libre, mais ne laissant rien tomber de son plateau. C'était un professionnel aguerri, il n'était pas resté si longtemps à son poste en ne sachant pas garder pleins ses plateaux. Une vive douleur se fit cependant soudainement ressentir dans son mollet gauche, le faisant se cambrer en arrière. Ce faisant plusieurs petits pains effectuèrent un vol plané gracieux dans les airs. Mais quand il eut rétabli son équilibre et se retourna pour récupérer ses victuailles et châtier l'animal responsable, il ne restait plus ni prédateur, ni pains. Pestant, il reprit son chemin en réajustant le plateau de façon à masquer les pertes, maudissant les imbéciles qui laissaient leurs animaux errer dans la résidence, mordre le personnel et voler la nourriture.
Fuyant à toutes pattes, Nali glissa deux des trois pains dans la doublure de sa tunique et entreprit de dévorer le dernier. Puis le deuxième. Puis le troisième. Assise entre un gros meuble et une armure, elle regardait les gens passer avec leurs divers fardeaux. Puis, l'idée lui vint que ces gens étaient comme les poissons dans la rivière : ils venaient de la source. Donc, la nourriture avec eux venait d'un endroit précis. Et si elle remontait le cours de cette intarissable rivière de victuailles...

- Nali trouver... beaucoup beaucoup à manger!!!



Pleine d'une vigueur renouvelée elle se remit en route dans les longs couloirs, suivant les plateaux vides et croisant les pleins. Et c'est alors qu'elle arriva...

- Paradis O_O



Une odeur divine flottait dans l'air. Des centaines de plateaux vides se remplissaient sur d'immenses tables. De gros morceaux de viande tournaient sur des broches. Des plaques entières recouvertes de viennoiseries et pains fumants sortaient de grands trous noirs. De la nourriture apparaissait sans cesse et de tous les côtés. Il y avait plus à manger que n'en avait jamais manger Nali dans toute son existence. Il y avait de quoi manger pour au moins... beaucoup beaucoup de Nali. Plein de nourriture. Et pas assez de monde pour lui dire de ne pas toucher. L'eau à la bouche, elle se glissa sous une table et entreprit de faire une récolte fournit de se qui se trouvait dessus, glissant une main rapide et impitoyable vers les mets laissés sur les côtés. Que c'était bon!!! C'était... c'était... divin.

Comme son estomac ne semblait toujours pas rassuré d'être ici (et pourtant c'était le paradis!), elle lui donna encore plus à manger, jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus rien avaler. Puis elle se décida à sortir de son repère.

- Qu'est-ce que tu fais là, petite?



C'était une grosse dame en tablier blanc qui lui avait parlé.

- Zai soif.



- Et le mot magique petite malpolie?



- Euuuuuh... Plou?



- ... Non, on dit "s'il te plait". La prochaine fois tu n'as rien si tu ne te comportes pas mieux!










Elle lui tendit une grande chope pleine d'un liquide blanc. Nali, ravie de goûter quelque chose de nouveau, s'empressa de boire, avec une telle hâte qu'on aurait dit qu'elle essayait de rentrer la tête dans le pot. Puis, avec un grand sourire orné de moustaches blanches, elle déclara :

- Moi c'est Nali, c'était bon, c'est quoi?

- Tu n'avais jamais bu de lait?



- Nan.

- ... eh bien, c'est bien la première fois que je vois ça...







Mais Nali était déjà repartie. Maintenant, elle avait envie de jouer. Mais il fallait d'abord trouver Drass. Les autres n'avaient pas l'air aussi gentils et refuseraient très probablement de jouer avec elle, voire se comporteraient aussi mal que le humain au plateau de petits pains. Elle se remit donc à explorer, la truffe sur le carrelage, avançant à toute vitesse dans les couloirs, se faufilant entre les jambes. Bientôt elle se retrouva dans une aile moins fréquenter, où il y avait surtout de grands humains en robe de différentes couleurs. Elle avait envie de vite trouver Drass pour jouer. Nali n'aimait pas attendre.
Prenant un virage serré, elle se heurta le nez à de grosses bottes luisantes et noires.

- Aieuh!



Se redressant sur les genoux et se frottant la truffe d'une main, elle redressa la tête le long de la grande robe rouge.

- Oh c'est toi tête de poisson.



L'autre qui déjà tirait une tête de truite à la fillette, se mit carrément à ressembler à un flétan. Bon, même si ce n'était pas Drass, elle ferait avec! Se remettant debout, elle le regarda droit dans les yeux, le regard brillant, un immense sourire sur le visage. Avant qu'il ait le temps de faire ou dire quoi que ce soit, elle lui flanqua un grand coup de pied dans le tibia. Le mage laissa échappé un cri de surprise et de douleur. Lui tirant la langue, Nali s'élança en criant dans le couloir.

- C'EST TOI LE SAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Riant aux éclats elle s'enfuit à toutes pattes, zigzagant dans tous les sens, prenant des virages chaque fois qu'elle le pouvait. Elle courait vite pour sa petite taille, et il lui était plus facile qu'à lui de se faufiler entre les autres humains.

- REVIENT ICI ESPECE DE SALE PETITE PEEEESTE!!!



Chouette, il acceptait de jouer! Aux anges, la loutre bondissait de plus belle poussant des cris de joies et adressant de grands sourires aux personnes qu'elle croisait et qui s'arrêtaient pour les regarder passer.

- PLOUUUUUUUUUUUUUUUUU!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Elle s'engouffra en piaillant dans un couloir tout pavé de marbre luisant. Faisant un dérapage contrôlé, elle prit le prochain virage, s'élança en avant... et se retrouva face à un mur. Un cul-de-sac. Elle fit volte face au moment où l'autre arrivait au tournant. Un grand sourire de triomphe apparut sur le visage du mage en rouge.

- Ah ah ah!!! Je te ti...



Ses yeux s'agrandirent de nouveau de surprise et d'horreur. Le petit démon venait de lui passer en les jambes en riant. Nali s'était élancée et glissait désormais à toute vitesse sur le carrelage parfait où se reflétait le plafond aux nombreuses moulures. Se remettant agilement sur ses jambes, elle se remit à courir, riant de plus belle, sa petite voix cassée jetant des échos joyeux contre les murs. C'est à partir de ce moment-là que l'autre se mit à lancer des boules de feu. Ce qui eut pour seul effet de transformer ses éclats de rire en cri incessant. Le mage, complètement hors de lui, lançait des projectiles tout en courant, et manquait cruellement de lucidité et de précision. L'enfant n'était que plus excitée. Drass le humain faisait disparaître les tirs de ce humain-ci, ça n'avait pas l'air très dangereux.

-AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH!!!!!
Le poursuivant écumant de rage et la poursuivie hurlante poursuivirent leur course à travers le vaste édifice, la foule s'écartant, effarée, sur leur passage, et évitant au passage les projectiles enflammés avec un naturel tout à l'honneur de cette population habituée au magique et à l'étrange.



_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Mar 3 Aoû - 14:34 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

La course était effrénée alors que Altros tentait désespérément de se défouler sur la petite fille. Il n'était pas doué pour ce genre d'activité et commençait à rapidement s'essouffler, il lui fallait la ralentir ou l'arrêter. Concentrant son sort il projeta une flamme plus large, environ deux mètres de diamètre, qui parcouru sans mal la distance avant d'exploser au contact. Le mage de feu se remit à courir avec un air victorieux, il venait de bruler cette petite peste, cette gamine que Drach avait osé ramener.
La joie fut de courte durée, un mur de glace avait bloqué le chemin du sort et derrière lui se trouvait une personne autrement plus terrible que la gamine ou Drach: Le directeur qui se tenait debout, bras croisés sur son poitrail musclé et sa cape de velours flottant légèrement sous l'effet du choc. Durant un moment l'homme réprimanda son élève du regard, puis il laissa ses yeux glisser vers Nali avant qu'un rictus de pure folie n'étire ses lèvres. Au fur et à mesure des opportunités qui s'ouvraient à lui il étirait sa grimace, imaginant mille scénarios où la petite enfant était utilisée.

Nali écarquilla ses yeux dépareillés avant d'ouvrir la bouche en un cris muet. En un instant elle détala, bien plus vite et silencieusement qu'elle ne l'avait fait. Cette fois ce n'était plus un jeu et l'homme qui en avait après elle ne se donnait même pas la peine de courir. Les gens, décorations, portes défilaient rapidement alors que Nali fuyait, le coeur battant à tout rompre et les yeux exorbités pendant que son corps faisait preuve d'une agilité sans pareille pour éviter les obstacles.
Un choc brutal repoussa la petite fille en arrière qui retomba brutalement sur les fesses. Devant elle se trouvait une femme à l'air pensif vêtu d'une robe flottante assez sobre. La femme esquissa un sourire mielleux avant de soulever Nali et la retenir contre elle, l'enfant se débattait et hurlait mais la femme restait immobile, comme si elle attendait les poursuivants pour leurs confier la proie. Le directeur marchait d'un pas rapide, athlétique alors même qu'Altros avait des difficultés à suivre et ils passèrent à côté de la femme et Nali sans même prêter attention à la peur panique qui agitait l'enfant. Une fois les deux hommes partit la jeune femme relâcha Nali et s'adressa à elle avec une voix douce.

"Alors c'est toi le petit démon que Drach a rapporté de son voyage? Je l'ai toujours su, ce gars n'a aucun talent pour la recherche."


Elle émit un léger rire moqueur en caressant le visage de la petite enfant puis son expression reprit une teinte plus grave.

"Je vais te conduire à Drach. Il ne peut rien t'arriver de bon ici, surtout si tu es toute seule. Puis entre femmes on peut bien s'entraider."


La jeune femme fit un clin d'oeil à Nali puis s'avança lentement afin de montrer la direction qu'elles prendraient.  Elle était détendu, presque souriante et avançait d'un pas léger et gracieux. Ses longs bouclés avaient la couleur de l'ambre et dissimulaient les côtés d'un visage fin aux reliefs doux. Deux yeux marrons clairs aux nuances onctueuses paraient son visage simple à la teinte halée faisant la suite d'un nez fin et délicat. Ses lèvres semblaient faite pour sourire, de taille égale et assez pleines pour apparaitre clairement, même étirées en une expression de bonheur sincère et bienveillante. Son corps n'était pas d'une finesse particulière, révélant des formes harmonieuses faites de muscles travaillés et d'une quantité quasiment idéale de graisse. La jeune femme n'était pas parfaite mais ses défauts soulignaient justement ses qualités et ses qualités étaient mises-en-valeur avec intelligence.

"Je m'appelle Alicia, ravie de faire ta connaissance."

Le regard de la mage se releva brusquement, Drach venait de sortir de "son sanctuaire" avec un air paniqué. Il était facile de voir par la porte ouverte qu'un plateau avait été renversé sur le sol en laissant son contenu s'étaler sur le cristal.

"-Je crois que tu vas aimer ce que j'ai découvert Drach.

-Je suis désolé Alicia j'ai vraiment pas le temps de m'intéresser à tes recherches il faut que je retrouve quelque... Euh chose."

Alicia barra le chemin à Drach et laissa son visage dans le cou du jeune homme. Prenant une voix sensuelle et pourtant très douce elle remonta jusqu'à capter le regard de l'illusionniste.

"Je sais ce que tu veux Drach et je peux te le donner, là maintenant."


Elle dirigea le regard du jeune homme le long de son corps et soudain le regard de Drach s'agrandit, rapidement suivit de sa bouche.

"NALI !!!"


La mage explosa de rire, son effet était parfaitement réussi et elle en tirait une grande fierté.

"Je l'ai dissimulé alors que ton père et ton super-ami la chassait, tu devrais me remercier ou faire le ménage chez-toi, quoique chez-moi serait plus agréable."

Drach contempla Nali comme si elle était ce qu'il existait de plus précieux au monde, ignorant la remarque d'Alicia et se laissant aller au soulagement.

"Nali on va partir en voyage, prends tes affaires et on y va d'accord?"

Il ne laissa pas le temps à l'enfant de répondre, la pressant vers le sanctuaire et passant devant.

"Je te confie Nali, je serais à l'entrée. Merci Alicia, merci beaucoup."


La mage se détourna, son visage prenant une teinte plus vif.

"Allez va."

Drach traversa le laboratoire, l'escalier puis une partie du hall jusqu'à atteindre son père. L'homme restait face à lui, les narines frémissantes, le regard nerveux.

"-Je t'interdis de sortir, plus encore je t'interdis de garder ce monstre avec toi. Elle n'a rien à faire ici !
-Rien ne m'interdit de partir.
-Si: Moi, ton père.
-Ce serait plutôt ton honneur que ta paternité."

L'air claqua brusquement, un son vif comme un coup de fouet venait de briser l'atmosphère légère du hall. Le sang de Drach s'écoulait abondamment sur le marbre depuis son nez brisé. Le regard du directeur était plein d'une fureur contenue mais Drach ne fit que redresser la tête et le regarder. Faisant un pas en avant le jeune mage reçu un autre coup mais cette fois sa main se referma sur le poignet musculeux de son père. Peu à peu le regard de son père changea, son expression se transformait en une mimique digne d'un masque de théâtre. Ses traits se déformaient alors qu'il se recroquevillait, hurlait, battait le sol de son poing. Une terreur violente venait de s'abattre sur lui et allait crescendo. Tout le monde regardait Drach, qui avait lâché le poignet de son père et le regardait comme on regarderait un fou.
D'un point de vue extérieur le père de Drach était prit d'une folie dépressive sous le regard presque compatissant de son fils. Pourtant tous les yeux tournés vers le jeune homme d'un air apeuré démontraient que les choses étaient différentes. Chacun, d'une manière inconsciente, demandait au mage d'arrêter, ce qu'il finit par faire. Il avanca d'un pas et cette fois son père s'écarta, à terre, muet et le regard exorbité levé vers le visage de son fils.
Il était facile de voir que le directeur voulait parler mais se retenait, de peur ou par conscience que sa voix ne trahisse ses émotions. Ses balbutiements furent interrompu par une voix sèche et dur.

"Voilà la différence entre incompétence et volonté."

Drach se tourna pour dévisager son père mais son expression rigide se brisa d'un coup net. Son regard s'était posé sur Alicia qui était agenouillé auprès de Nali et la tenait avec une tendresse protectrice presque maternelle. Drach s'en alla, rapidement rattrapé par son père, Alicia et Nali. Il se retourna et manqua de justesse un petit sac, plus lourd qu'il n'y paraissait, fermé par un chapelet étrange.

"Tiens fils."

Le directeur avait retrouvé sa voix de stentor. L'illusionniste ramassa la bourse et défit le chapelet puis s'empara de la besace que tendait son père. De toutes évidence celui-ci avait déjà prévu cette option.

"Tu peux fuir tes ennemis, réfuter tes certitudes, renoncer à tes droits ou prétendre à un mensonge tu seras toujours ce que tu es."

Le jeune homme ne mit pas longtemps à comprendre l'approbation dissimulée dans ces paroles mais n'eut pas le temps d'y répondre, son père était déjà partit. Le mage avait des appréhensions, cette fois il ne lui suffirait plus de sortir les griffes et montrer les dents pour faire front devant cet homme. Le répit était sa récompense et sa carte maitresse n'était plus.
Alicia poussa doucement Nali vers Drach puis esquissa un sourire franc. Elle déposa une bise légère sur la joue du jeune homme puis une autre sur le front de la petite fille. Après un instant de silence elle s'empara de la main du mage pour y déposer une petite clef.

"-Tu pourrais en avoir besoin.

-Je n'ai pas été radié de l'académie.
-Tais-toi et accepte crétin."

Se redressant avec un air sérieux Drach s'écria: "Oui Chef !" et les deux collègues mêlèrent leurs rires en un chœur joyeux.

"-Pourquoi tu ne fais pas comme tout le monde? Trouve une femme gentille, douce, intelligente, aimante et plus sportive que toi et fais ta vie à ses côtés.
-Encore faudrait-il que j'en connaisse une."

Drach détourna son regard sur Nali et lui fit un sourire évitant involontairement de voir l'expression vexée et déçue de sa collègue.

"Oui j'ai la réponse à ma question là..."

Drach salua Alicia de la main et s'en alla en poussant légèrement Nali.

"Tu es un idiot, Drach."

Quelques larmes coulèrent sur le visage doux de la mage qui serra le poing contre sa poitrine.

"Alors reviens vite."


Drach avait ouvert la bourse que lui avait donné son père, découvrant une belle somme d'argent. Il se tourna vers Nali, bien décidé à poursuivre son chemin. Il avait un air grave et sérieux.

"Tu sais quoi?"

Sa voix était plate, presque inquiète.

"J'ai faim."

Son expression changea du tout au tout et un large sourire fendit son visage, ce matin ils mangeraient un bon repas puis iraient se préparer au voyage, à la liberté et à l'aventure.


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Mar 3 Aoû - 22:04 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

- AAAAAAAAAAAAAAAAhh!!!!!! Cria-t-elle.

Il n'y avait pas d'urgence réeel à proprement parler pour expliquer ce cri. C'était juste histoire d'arrêter toute cette agitation, de retenir l'attention un instant. Nali ne comprenait plus rien. Ou tout du moins, ce qu'elle avait compris ne voulait pas dire grand chose : le gros monstre terrifiant l'avait retrouvée pendant qu'elle jouait, elle avait fui, mais le gros monstre s'était transformé en humain avec des trucs mous sur le devant et qui essayait de l'étouffer dedans en la serrant très fort. Puis le monstre devenu un humain rembourré s'était avéré être en fait une femelle humain. Puis Drass était apparu. Puis la femelle, qui s'appelait d'un nom bizarre et trop long, avait dit des choses bizarre. Puis Drass avait décidé de partir. Puis Drass avait eu faim. Seul ce dernier point semblait normal à l'enfant. Alors elle criait parce qu'elle ne comprenait plus rien. Et puis aussi parce qu'elle n'était pas d'accord.

- Qu'est-ce qu'il y a?!?

Elle prit un air à la fois contrarié, gêné, et triste.

- Ze veut pas partir maintenant, ze l'aime bien Lissa, elle est mieux que le lit de Mademoizelle, et puis en plus y a encore plein de trucs à manzer dans le Paradis... Pi zai laissé Glaub et mes zaffaires avec Lit... Et pi t'es plus fort que le monstre alors on peut rester?

Elle sentait en elle le besoin d'un foyer. Une grotte. Un Endroit. Mais en même temps, elle ne voulait pas que Drass parte sans elle. Et puis son estomac n'arrêtait pas d'avoir peur, il était d'accord avec le humain.
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Mar 3 Aoû - 22:33 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Drach regardait Nali et ne pu se résoudre à l'emmener si brutalement ailleurs.

"Écoute, on va aller acheter deux ou trois choses puis on rentrera ici. Notre voyage va pouvoir attendre un peu mais il nous faut tout de même acheter certaines choses."

Drach dessina à même le sol un petit plan de la ville.

"Le marché est ici, nous sommes là. Cela nous prendra tout juste trois heures pour acheter ce qu'il nous faut. Là il y a une auberge où nous pourront manger et en tout ça nous prendra à peine jusqu'en début d'après-midi."

Drach effaça par la suite le dessin et se baissa, dos à Nali.

"Tu veux monter?"


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Mar 3 Aoû - 23:31 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Nali aimait quand Drass utilisait la lumière pour faire des choses. C'était joli. Mais elle aimait encore plus ce qu'il lui proposait là!

- Yahouuuuuuuuuuuu!!!!!!!

D'un bond, elle sauta sur son dos. Puis, tendant en avant un bras triomphant :

- Yahaaaaaaaaaaaaaa!!!!

Toute joyeuse, s'agitant dans tous les sens, l'enfant bouillait d'excitation. Ils allaient "acheter", et découvrir une Nauberge où ils mangeraient!!!

Surplombant avec bonheur ce nouvel univers, Nali s'emplit les yeux de ce qu'elle découvrit au-dehors, et qu'elle n'avait pas pu admirer en arrivant. Il y avait de grandes grottes d'humains partout, ces espèces de constructions rectangulaires, et plein plein de humains qui marchaient entre. Sur les épaules de son mage, la loutre se retrouvait au-dessus de la foule. Elle se mit à pousser des cris de joie tout en se dandinant d'enthousiasme.

Certaines des cavernes artificielles étaient mal fermées pour que les humains puissent montrer leurs jolis objets. Des gens criaient de partout, Nali n'avait jamais vu autant d'activité et autant de bruit. Les couloirs de la grande maison de Drass l'avait déjà passablement impressionnée, il lui avait semblé qu'une foule s'y pressait, mais ce n'était rien comparé à ce grooooos troupeau de humains qui déambulaient sur deux pattes dans ce grand endroit plein de constructions. Ville, lui indiqua son estomac.

Elle s'amusa à toucher la fourrure des humains qui passaient à porter de ses pattes. Ils étaient de toutes les couleurs. Mais moins doux que ceux de Drass, dans lesquels elles n'arrêtaient pas de mettre les mains. Ouvrant des yeux immenses et émerveillés, la petite loutre essayait de comprendre ce qu'elle voyait. Elle s'amusa à regarder ce nouveau monde à travers la pierre de son collier, cette dernière disant toujours la vérité. Tout était nouveau. Et il y avait sûrement plein de ces choses que l'on pouvait manger.

Soudain, elle prit appui sur le crâne du jeune homme, dégagea souplement ses jambes, se laissa glisser en se retenant à lui. Une fois à terre, elle prit dans la sienne la main de Drass et l'entraîna dans la foule, jusqu'à un étal. Sur les traiteaux se trouvait plein de bijoux brillants, d'objets dorés, de pierres aux formes étranges. Les yeux de Nali se mirent à briller comme des étoiles.

- Drass!!!! Drass!!!! Ssa a l'air bon!!!
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Mar 3 Aoû - 23:46 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Drach avait emmené Nali sur son dos, évitant par la même occasion de la perdre et lui permettant de voir tout ce qui l'entourait plus que les jambes des passants. La ville était animée comme à son habitude. Il y avait moins de soldats et cela rassurait la population. Les mages eux-même étaient moins présent, le commerce fluctuait énormément entre les différentes régions et tous se réunissaient afin de profiter des fruits de la paix. Les étals étaient remplient de choses diverses et variées, de babioles pseudos-magiques, de décoration exotiques et d'objets typiques. Drach regardait avec plaisir la vie qu'offrait cette ville, douce et confortable mais animée. Il pu sentir Nali se laisser glisser puis se trouva attiré vers un étal.
- Drass!!!! Drass!!!! Ssa a l'air bon!!!


Drach éclata de rire.

"-C'est "Drach" et pas "Drass" et ça ne se mange pas, ça sert à...
-Être jolis mon bon monsieur. Vous êtes mage n'est-ce pas? Cela se voit à votre façon de tout vouloir raisonner. Ces objets servent à être ce qu'ils sont et cette fille semble avoir du gout. A votre place je n'hésiterais pas plus à l'utilité et ferait décrocher à sourire à cette charmante enfant."

Drach avait parfaitement compris le sous-entendu.

"Quelque chose te plait Nali?"


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Mer 4 Aoû - 00:00 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Levant les bras en l'air, elle s'exclama vivement :

- Touuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut!!!!

Le humain derrière la table affichait désormais un sourire immense. Nali ne put s'empêcher de lui trouver une tête bizarre, et de partager son opinion, en toute innocence. Elle voulait être sûre de tout comprendre. 

- Drass, dis, c'est normal que le humain il a une tête de belette? Est-ce qu'on peut le manzer?
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Mer 4 Aoû - 00:17 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Drach avait l'impression d'être prit entre deux requins et se décida finalement.

"-Je vous prends le collier dorée avec la pierre translucide.
-Cela vous fera donc 325 pièces d'or.
-Le collier vaut tant?
-Non mais la pierre est un rubis véritable."

Drach s'empara du collier avec attention, paya, descella la pierre puis rendit la pierre au marchand qui le regardait avec un air ébahit.

"-Et maintenant j'aimerais que vous me payez pour ce magnifique rubis véritable.
-Mais c'est moi qui..."

Tout autour les gens regardait le marchand comme si celui-ci s'apprêtait à agir en criminel. Résigné il donna à Drach trois-cent pièces d'or.

"Merci beaucoup."

Drach s'approcha de Nali et lui proposa de remplacer sa cordelette par la chaine dorée.


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Mer 4 Aoû - 00:32 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

- Naaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaan veux pas.

Elle s'empara de la chaîne, donna un coup de dent au cas où, et se la passa autour du cou. Puis elle se mit à sautiller de joie en tournant sur elle même. Pour finir elle fit un calin à la jambe de Drass la plus proche, faute de pouvoir attraper autre chose. En articulant bien, elle déclara finalement :

- Mersibokou!!!!!

Elle avait compris à quoi servait ce mot-ci. Les gens s'en servaient pour dire quand ils étaient contents de ce qu'une autre personne avait fait pour eux. Et les choses dorées et rondes étaient d'ailleurs des sortes de mersibokous. Le monstre en avait donné plein à Drass, plein de gens allaient pouvoir se faire mersibokouter désormais.

Elle se saisit de nouveau de la main de son humain.

- T'inquiète pas monsieur le humain qui donnent des jolies choses, c'est zoli les belettes! Fit-elle au marchand avant de partir. Même si ça sent pas très bon ^^

Nali était bien partie pour marcher des heures et dévaliser la ville. Cependant, à son grand désarroi, Drass le humain voulut s'arrêter devant la seule boutique qui ne lui faisait pas envie. Il y avait plein de tissus partout, ça ne brillait pas du tout, et puis, le tissus, ça elle le savait, ça ne se mangeait pas. Mais bon, Drass était gentil, elle devait l'être aussi, elle le suivit donc, se contentant de plouplouter les sourcils légèrement froncés, pas rassurée de voir une grande femelle humain enrubanée dans du rouge et du jaune s'approcher d'eux avec un air glouton.
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Mer 4 Aoû - 00:45 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Drach avait conduit Nali chez le tailleur afin de trouver de nouveaux vêtements, tant pour lui que pour la jeune enfant. Une femme s'approcha pour accueillir ses clients.

"-Bonjour monsieur, mademoiselle. Puis-je vous aider?
-Eh bien je présume oui. Il faudrait quelques vêtements pour la demoiselle et j'aurais besoin de quelques choses particulières.
-Je vous écoute.
-Il me faudrait des vêtements résistants et sombres. Chausses, pantalons, chemises et capes. Environs trois ensembles de ce type.
-Rien d'autres?
-Si, des ceintures avec boucles pour y mettre diverses choses.
-Je suppose que cela vient de votre métier?
-Tout à fait. Il me faudrait deux simples tenues de mage blanches.
-Et pour votre fille?"

Drach se mit a crier.

"Ce n'est pas ma fille !!"

La vendeuse prit un air contrit.

"-Veuillez me pardonner. Aurait-elle besoin ou envie de quelque chose?
-Je m'excuse. Pourriez-vous voir ça directement avec elle? Je pense que vos gouts et votre expérience sont bien meilleurs juges que moi.
-Avez-vous de gros moyens?
-Suffisamment pour honorer ma commande et au moins deux robes de soie.
-Bien, je vais voir ce que nous pouvons préparer pour votre... Euh cette adorable enfant."


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Mer 4 Aoû - 01:21 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Si Drass lui avait dit d'aller avec la gros chose jaune et rouge, c'était que ce n'état pas dangereux. Du moins c'était ce dont la la loutre tentait de se persuader. Le jeune mage était parti par une porte avec d'autres humains pour "prendre les mesures", et la humain l'avait emmenée dans une autre pièce pleine, comme tout le reste de l'endroit, d'étoffes en tout genre. Quoique ceux de cet endroit-ci étaient plus jolis, certains même brillaient.

- Alors ma petite, qu'est-ce qui te ferait plaisir?

La grosse humain s'était penchée pour être à sa hauteur et souriait. Même si elle ressemblait à un épis de maïs rayé, elle avait l'air gentille.

- A manzer.

- Euh... Je voulais dire, pour t'habiller, bien sûr.

Nali la regarda sans comprendre. Elle avait les yeux bouchés ou quoi? ça ne se voyait pas qu'elle était DEJA habillée? L'enfant lui montra sa tunique, jetant un regard un rien condescendant à la vendeuse.

- Zai déza des zabits.

- Mais ils sont tout vieux et tout sales, ils t'en faut de nouveaux! Alors, voyons voir, est-ce que... ceci te plairait?

Elle se mit à lui agiter sous le nez un morceau ondoyant de tissus rose avec de petits motifs d'arabesques en filigrane.

- Beeeurk!!!

- Oh euh... ceci alors?

Cette fois-ci, on aurait de la fourrure très courte et très douce, d'un rouge clair et vif. Nali haussa un sourcil. ça sentait bizarre tous ces chiffons en plus...

- Nali peut pas mettre ça...

- Pourquoi donc?

- Bah y a pas de trous pour mes bras et mes zambes et puis y a pas de poches pour Glaub et la nourriture non plus...

La humain se mit à rire. Nali ne voyait pourtant rien de drôle.

- Tu choisis un tissus, un modèle,  ensuite on prendra tes mesures, et on pourra te fabriquer un vêtement bien comme il faut ne t'inquiète pas! Quelle couleur te plairait?

- Comme Lissa!!! Comme la viande!!! Comme la rivière!!! Comme Drass!!!

- Euh... tu peux me montrer?

L'enfant s'élança dans la pièce et revint en tenant des morceaux de tissus. Vint ensuite la terible étape des "modèles". Qu'est-ce que c'était que tous ces trucs bizarres avec plein de tissus qui ne servait à rien? Et puis il n'y avait rien pour empêcher le bas de remonter! On aurait des fleurs mises à l'envers. Joli peut-être, mais pas pratique pour grimper aux arbres.

- Euh... Y a pas comme moi zai?

- Non désolée, ici nous donnons dans le raffinement...

- Ah... bah ze veux comme Drass alors.

- Des chausses? Mais ce n'est pas pour les petites filles!!

- Ssuis une loutre, ssa tombe bien ^^

Voyant que l'autre ne réagissait pas, Nali réfléchit à ce qu'elle avait oublié. Au bout de quelques secondes, la réponse lui vint.

- Siteplé? Tenta-t-elle.

La humain poussa un soupir résigné.

- D'accord, mais alors tu prends aussi une robe, je ne voudrais pas que ton pèr... ton... ton... que... que le monsieur aille dire que nous ne sommes pas un établissement respectable.

La donneuse de lait avait dit vrai, ce mot était magique avec les humains!!! Aux anges, Nali accepta de choisir ce que l'autre appelait "robe". C'était comme les sapins mais à l'envers, pour la forme. Et question feuillage, c'était moins piquant, et beaucoup plus compliqué. Elle désigna deux modèles : l'un très simple, qu'elle voulut d'un vert pâle, l'autre plus sophistiqué, parce que ça brillait et que c'était doré.

Ce fut ensuite le passage - absolument atroce à ses yeux - de la prise de mesures. Voyant arriver une autre humain avec à la main une sorte de corde, la loutre se mit à fuir et à bondir dans tous les sens. Quand, au bout de dix minutes elles parvinrent à l'attraper après l'avoir appâtée avec un bonbon au miel, la mesurée ne s'avéra pas aisé dans la mesure où elle ne cessait de s'agiter et de faire des commentaires.

Quand elle ressortit, sussottant d'un air satisfait et innocent sa sucrerie, les deux femmes à sa suite avait l'air de sortir d'une boîte qu'on aurait secouée avant de les en libérer.

- Drass!!! Drass!!! Zai trouvé un truc qui se manze!!! Tu veux goûter???
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Ven 6 Aoû - 15:44 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Drach avait été mesuré et on lui avait annoncé que ses vêtements seraient prêts dans trois jours environ. Alors qu'il attendait en se demandant ce que pouvait bien faire les autres il vit Nali arriver tranquillement un air heureux et un bonbon. Derrière elle apparurent les femmes chargées de s'occuper d'elles. De toutes évidences Drach n'aurait pas intérêt à évoquer une éventuelle réduction. La femme s'épousseta puis réorganisa les plis de sa robe, comme si ils avaient une importance esthétique.

"Cela vous fera cent-soixante-dix pièces d'or monsieur."

Bien évidemment il fallait payer par avance. Drach s'exécuta puis emmena Nali dans son sillage. La petite fille semblait parfaitement heureuse et plus encore quand le mage lui annonça la suite. Le moment du repas. Il emmena Nali avec lui à l'auberge puis lui demanda de s'assoir à une table le temps qu'il demande la nourriture et la boisson.

"Bonjour. Je voudrais le plat du jour, une carafe de lait et de l'eau."

Le patron fixa Drach avec attention puis le désigna à une serveuse.

"-La demoiselle vous apportera ce que vous voulez, c'est à elle qu'il faut s'adresser mage ignare. Maintenant dégage de ma vue et immédiatement.
-Merci beaucoup et bonne journée à vous aussi."

La serveuse se mit à rire et s'attira un regard plein de reproches. Drach se tourna pour voir à quelle table Nali s'était mise mais impossible pour lui de la retrouver.

"Bon sang, Alharia donnes-moi la patience si t'existe."


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Ven 6 Aoû - 16:00 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Nali était à quatre pattes en train de suivre un mignon petit chaton qui la regardait avec un air de méfiance extrême et fuyait avec prudence en tournant autour d'une chaise. Mais l'exclamation de son mage la convainquit que ce n'était pas le moment de jouer. Nali n'avait pas pour habitude d'être intimidée pour si peu et de renoncer si facilement à ses jeux, mais ce n'était pas souvent que Drass le humain s'énervait, surtout alors qu'il lui semblait n'avoir rien fait de mal, et c'était tellement bizarre qu'elle s'en était stoppée net. Assise sur son derrière sous la table d'à côté, elle demanda d'une petite voix :

- C'est qui Alala?

Peut-être était-ce le monstre, et peut-être était-il en train de l'appeler pour qu'il la mange. Et cette fois-ci Lissa n'était pas là. Et elle ne voulait pas que Drass décide de se débarasser d'elle avec de la patience. Peut-être qu'elle ne ressemblait pas assez aux autres humains. Elle sortit de sous la table et se remit debout, puis, faisant comme la humain du "tailleur", passa ses mains sur son vêtement. Mordillant sa lèvre inférieure, elle levait vers son humain un regard plein d'appréhension.
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Ven 6 Aoû - 16:15 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

Drach se précipita à une table et fit un geste du menton en direction de la chaise face à lui. Nali était innocente et inconsciente à la fois. En temps normaux Drach n'aurait pas été plus dérangé que ça par quelqu'un agissant librement mais cette fois c'était différent: Le tailleur et le barman ne semblait pas ravis. Partit comme les choses partaient Drach serait bientôt ruiné et détesté par tous.

"-Assieds-toi tranquillement, le repas sera...

-Servit."

Interrompit la serveuse qui trainait Nali à sa jambe après avoir tenté de l'emmener avec elle. Elle déposa habilement deux verres et des couverts rudimentaires. Elle continua ensuite de trainer Nali avec elle jusqu'aux carafes et les énormes marmites qui contenaient les mets. Les assiettes se remplirent ensuite allégrement de viandes et légumes puis elle retourna à la table où Drach attendait en jetant des regards furieux à Nali qui commençait à vraiment s'amuser. Les verres étaient disposés et remplis, les assiettes laissaient un doux parfum s'échapper.

"Entrecôtes saignantes et petits légumes à la sauce aromatisée."

L'annonce du menu fit taire toutes réactions à Drach dont l'appétit était désormais une brèches profonde qui ne demandait qu'à être comblée. Dans le cas de Nali cela devait s'apparenter à un gouffre car elle était désormais sur les genoux de Drach à observer son assiette avec appétit.

"- Mersibokou!!!!!
-Au moins cette petite fille, elle, est polie."

La serveuse avait oublié toutes ses rancunes et souriait à Nali avant de jeter un regard sans équivoques à Drach.

"Mersibokou Drass !!!!!"

Drach détacha le cordon de sa bourse et paya vingt pièces d'or à la femme qui laissa un petit rire satisfait lui échapper. Cinq pièces de pourboire c'était certainement plus que ce qu'elle n'avait jamais reçu.


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Ven 6 Aoû - 16:29 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

La nourriture sembla améliorer l'humeur de son humain (tout du moins quand il eut réussi à faire comprendre comment se servir des couverts à Nali), ce qui était normal, puisque manger était un remède infaillible à tous les maux que connaissaient la jeune loutre apprenti-humain. L'enfant se dit que c'était le bon moment pour lui poser la foule de questions qu'elle se posait.

- Dis Drass, pourquoi est-ce qu'il faut tout le temps mersibokouter? Pourquoi on a besoin d'une fourssette alors qu'on a des doigts et d'un couteau si on a des dents? Tu veux que je morde le humain qui a été pas zentil?

Et beaucoup en même temps si possible...
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Issildur La Lache
Orcs

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2009
Messages: 146
Localisation: quand tu le saura tu regrettera

MessagePosté le: Ven 6 Aoû - 16:33 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

"Drach et pas Drass. Dire "Merci beaucoup" est une forme de politesse. Ça veut dire qu'on est gentil.
Utiliser les couverts c'est aussi montrer qu'on est bien élevé. C'est plus propre et civilisé que manger avec les doigts.
Il ne faut pas mordre les gens, même méchants.
De plus Nali, tu as ta chaise en face, si tu pouvais éviter de manger dans mon assiette se serait adorable."


Revenir en haut
Kahyli'na
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Fév 2009
Messages: 416
Localisation: Ici ou pas

MessagePosté le: Ven 6 Aoû - 16:51 (2010)    Sujet du message: Le bleu du silence Répondre en citant

C'était bien ce qu'il lui semblait : il voulait l'éloigner. Mais qu'est-ce qu'elle avait donc fait? Elle avait mersibokouté, ils avaient à manger, elle n'avait mordu personne... Et puis c'était qui d'abord ce Dorable? La tête basse, traînant les pieds, elle descendit des genoux du jeune homme et fit le tour de la table pour s'installer en face. Du fait de sa petite taille, il n'y avait que sa tête qui dépassait. Elle se mit à manger dans l'autre assiette. Bon, si elle voulait comprendre et se rattraper, il lui fallait poser d'autres questions.

- Si on mord pas les zens méssants, comment on se défend? Pourquoi on manze pas ensemble? C'est loin. Lissa non plus elle a pas le droit d'être sur tes zambes pour manzer ou c'est que moi? On met quoi dans l'eau pour faire du lait?
_________________
Lune, entends le coeur de la bête humaine, la complainte d'un astre sans lumière, d'une terre sans étoile, larme sans sourire, une rose noir diamant... Lune, regarde ce monde immense, et pleure, sur la bêtise de ceux qui ont oublié la sagesse...


Revenir en haut
Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:43 (2018)    Sujet du message: Le bleu du silence

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sang et Fumée Index du Forum -> RP -> Doltor Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com